Photo de pastels

En préambule... un peu d'Histoire :

Les premières traces du Pastel pourraient remonter à l'époque de la préhistoire. En effet, il y a 20000 ans, des pigments de couleur purs étaient broyés puis dilués dans l'eau pour être utilisés pour représenter les peintures rupestres.


Plus près de notre ère, c'est Léonard de Vinci qui contribua à populariser le Pastel pour notamment rehausser la couleur de ses Œuvres. Des témoignages de l'époque tendraient à vérifier qu'il s'agissait d'une invention française.


A partir du XVIIème siècle, de grands artistes émergent tels Joseph Vivien, ou Charles Antoine Copeyl. Mais c'est au XVIIIème siècle que l'art du Pastel connait son apothéose, les rois, les princes et la grande bourgeoisie souhaitent leur portrait au Pastel.
Paris compte alors plus de 200 artistes de renom.


Les XIXème et XXème siècles s'illustrent en consacrant le Pastel comme art majeur avec des artistes comme Degas, Toulouse-Lautrec ou Chenet. Certains d'entre eux créent en 1885 la Société des Pastellistes de France, encore en vigueur aujourd'hui.

... et de technique :



Les techniques sont nombreuses dans l’exécution des œuvres au Pastel et illustrent bien les talents de chaque artiste.

Un des avantages du Pastel est lié à la capacité de mixer les couleurs à l’infini, ce qui amène un rendu particulièrement saisissant. Combiné à l’éclat naturel des pigments, la lumière qui jaillit des couleurs claires et blanches, donne à l’œuvre un contraste étonnant.


Le mode opératoire généralement adopté par les pastellistes consiste à élaborer une esquisse au fusain ou couleur pâle, de façon à « amener » le thème principal du sujet. Puis le travail ultérieur et proprement dit au Pastel, succède à cette préparation.
Pour ma part j’emploie une technique différente, qui pourrait se résumer à la combinaison des deux précédentes. Une fois le sujet choisi, je passe de longs moments à réfléchir sur le découpage de chaque partie, afin de définir quelle sera la première et les suivantes. Le démarrage du sujet se fera de manière différente si c’est un visage, un paysage, une nature morte.


Pour un visage par exemple, il me semble très important de commencer par le regard, puis le visage, les accessoires et décor et enfin le fond. Ma technique dans ce cas consiste à représenter les yeux, puis le reste du sujet, partie après partie (Gion Bayashi Kyoto).


Pour un paysage, je procède en général par couches différentes (port d’Honfleur). Le ciel, puis plan après plan en rapprochant le champ de vision, les bâtiments du port, les embarcations, le plan d’eau puis le secteur pavé. Les explications sont plus détaillées dans la section « pas à pas ».

© 2012 Eric POUILLET par 3cs@tpe

Copyright © Eric POUILLET.

Toute reproduction ou utilisation des images du site internet sans l'accord de l'artiste est formellement interdite.

Any reproduction or use of the images of the web site without the agreement of the artist is formally forbidden.